Vous êtes ici

Patrimoine

En 1629, Gilles du Faing fait bâtir à Jamoigne un château en lieu et place d’un édifice primitif des 12e et 13e siècles, détruit à la fin du 16e siècle. En 1880, la bâtisse est achetée par le comte Loën d’Enschedé, démolie puis reconstruite sur base de plans dessinés par Pieter Van Kerkoven, architecte provincial de Flandre orientale. Revendu faute de moyens, la reconstruction est achevée par M. Louppe de Marbehan. Le château passe ensuite aux mains de différentes familles avant d’être vendu en 1903 aux Sœurs de la Charité de Besançon qui en font une maison de retraite.

Lire la suite

Du château de Clémarais reconstruit au 18ème siècle, seules subsistent les dépendances.  Leurs façades, toitures et charpentes ont d’ailleurs été classées en 1991. Toutefois, les bâtiments se sont délabrés au fil du temps. Face à cet abandon, la commune décide d’introduire un dossier de réaffectation des dépendances en 2005: intervention sur les fondations, stabilisation des murs et des façades, restauration des charpentes et des toitures, replacement des menuiseries extérieures.

Lire la suite

SOS patrimoine rural est un outil permettant à tout un chacun de concevoir, réaliser, défendre un projet de préservation ou de valorisation du patrimoine rural. Il rgroupe des fiches consacrées à différentes thématiques (églises, inventaires…) et régulièrement actualisées.

Lire la suite

Eléments de notre patrimoine, symboles de nos paysages, les fermes à cour ont un passé, un présent… et un avenir. Une évolution possible pour ces ensembles est la réaffectation. Cette publication abondamment illustrée propose une réflexion globale sur ce type d’opération. En tenant compte de la typologie des fermes et des enjeux patrimoniaux et paysagers, vingt recommandations y sont proposées.

Lire la suite

La Maison de l'urbanisme Lorraine-Ardenne était présente à la 5e rencontre des cercles historiques à Virton les 22 et 23 novembre 2014. Elle y a tenu un stand présentant ses activités et ses publications.

Le thème général « Sauvegarde du Patrimoine public et privé » s’adressait tant à des Cercles d’histoire, qu’aux administrations communales ou à des particuliers.

Lire la suite

Inaugurée en mai 2010, la bibliothèque de Virton ne pouvait rêver cadre plus enchanteur que l’ancienne chapelle des Sœurs pour établir ses nouveaux quartiers. Son appellation de biblio’nef prend dès lors tout son sens. Depuis l’extérieur, peu de choses indiquent la nouvelle affectation du bâtiment.

Lire la suite

En bordure du Domaine Poncelet, une grange impose sa silhouette au cœur du village d’Attert. Elle n’était pas une dépendance du Domaine mais jouxtait un corps de logis détruit dans les années ‘70. Si l’exploitation se situait à l’origine à l’extérieur de l’enceinte du complexe, elle appartient dorénavant au site classé qui l’entoure.

Lire la suite

Un patrimoine bâti traditionnel. La Sûre. Un quartier neuf. Un parc communal. Voilà une image bien différente de celle habituellement véhiculée par Martelange. C’est pourtant dans un cadre de verdure exceptionnel que la Commune et le Parc naturel de la Haute-Sûre Forêt d’Anlier ont investi leurs nouveaux locaux. A cette fin, un ancien moulin a été acquis en 2001. Il a été entièrement rénové et ses alentours, aménagés dans le cadre d’un PCDR (Programme communal de Développement rural).

Lire la suite

De nombreuses maisons de maître se succèdent dans la rue Victor Tesch, leurs façades alternant balcons et décors sculptés en pierre. Parfois, c’est une maison plus prestigieuse qui se cache en retrait derrière un muret et un vaste jardin. Toutes se caractérisent par l’emploi combiné de la pierre associée à un enduit ou un crépi. Celui-ci est parfois travaillé en faux appareillage de pierre, tandis que les châssis sont traditionnellement en bois peint. Toutes démontrent une certaine recherche, un goût du détail.

Lire la suite

Située sur la ligne Bruxelles/Luxembourg, la gare de Mellier est l’une des plus anciennes de la Province. Fait peu banal, ce bâtiment n’est autre que l’ancienne gare d’Arlon, démontée puis reconstruite au début des années 1890 à son emplacement actuel. Suite à la fermeture de la station, dans les années 70, elle devient le siège de l’administration communale puis d’associations locales.

Lire la suite

Pages